L’enjeu du salaire

Un ouvrage de Bernard Friot
lundi 30 janvier 2012
par  postmaster
popularité : 0%

La souveraineté populaire doit être défendue.
Patronat et banquiers pratiquent le chantage à l’emploi et à la dette pour réduire les droits sociaux. Les gouvernants de droite et de gauche, loin de
leur résister, s’évertuent à leur envoyer des « signaux » qui les incitent à réclamer davantage.
Est-il possible de briser cette soumission ?
Oui, répond cet ouvrage, qui propose de porter plus loin les institutions qui sont nées des luttes pour le salaire, et dont nous faisons à grande échelle l’expérience de l’efficacité : la qualification personnelle et la cotisation. La qualification personnelle peut faire disparaître le marché du travail, à condition d’attribuer à
chacun, à sa majorité, une qualification et donc un salaire. Et contre les projets de remplacer la cotisation sociale par la CSG, la TVA ou les mutuelles, il faut au contraire l’étendre en créant une cotisation économique pour un financement
de l’investissement sans crédit et donc sans dette.
L’enjeu du salaire, c’est la disparition du marché du travail, et donc du chantage à
l’emploi, ainsi que la suppression du crédit lucratif, et donc du chantage à la dette. Ce n’est ni d’une réforme fiscale ni d’une plus grande régulation étatique que nous avons besoin, mais de plus de pouvoir populaire sur l’économie et sur le travail.

Table des matières

2Introduction2

2Chapitre 1. Le salaire, du pouvoir d’achat au pouvoir économique2
- Le salaire, revenu du travailleur et rémunération du travail : une impasse
- Généraliser un déjà-là émancipateur

2Chapitre 2. Qu’est-ce que travailler ?2
- Valeur d’usage et valeur économique
- Travail concret et travail abstrait, une invention capitaliste
- La naturalisation de la valeur économique, masque du pouvoir économique
- Les conventions du travail en conflit

2Chapitre 3. Quel salaire ?2
- Salaire total, salaire net, salaire brut
- La feuille de paie
- La dynamique des cotisations sociales

2Chapitre 4. La qualification et sa réforme2
- Qualification versus certification
- La construction de la qualification comme alternative à la valeur travail
- Qualifier le poste ou la personne ?
- Qualification de la personne, alternative au marché du travail
- La réforme : restaurer la valeur travail et le marché du travail

2Chapitre 5. La cotisation et sa réforme2
- Un salaire socialisé ponctionné directement sur la valeur ajoutée
- Une alternative à la propriété lucrative et au crédit
- Une alternative au marché du travail et à ses forces de travail
- Un ajout de valeur anticapitaliste
- La cotisation sociale, cible décisive des réformateurs

2Chapitre 6. Salaire universel et souveraineté populaire2
- Un droit politique attaché à la personne
- La carrière salariale
- La maîtrise populaire de l’investissement et de la création monétaire
- L’affectation de toute la valeur ajoutée au salaire universel

2Chapitre 7. « Faire plus » que le Parti socialiste ?2
- Vrai plein-emploi ou qualification universelle ?
- Taxation du capital et réforme fiscale ou affectation au salaire de tout le PIB ?
- Régulation publique du crédit ou affirmation de la propriété d’usage ?
- Hausse du SMIC ou reconnaissance universelle de la qualification ?

2Chapitre 8. « Faire à côté » du système ?2
- Revenu inconditionnel de base ou salaire universel ?
- Mise en cause du travail ou reconnaissance du travail émancipé déjà là ?
- Dénonciation de la monnaie ou définition salariale de la valeur ?

2Conclusion2
Glossaire