Sociologie des ressources monétaires et théorie du salariat

Bernard Friot
mercredi 10 juin 2009
par  postmaster
popularité : 0%

Pour des sociologues du travail, un programme d’analyse des ressources monétaires se pose la question suivante : quel est le statut des travailleurs que détermine le type de ressources monétaires qu’ils touchent ? La détermination des statuts sociaux par la nature de la ressource, qu’il s’agisse de la rente, du profit ou du salaire, est une question classique depuis les débuts des sciences sociales. Et la sociologie française s’est intéressée au salaire : que l’on songe au travail monumental de François Simiand sur Le salaire entre les deux guerres, ou après-guerre au rapprochement des préoccupations des économistes et des sociologues qui a conduit à la double création de la Revue économique en 1950 et de Sociologie du travail en 1959. Mais le partage des tâches entre les deux disciplines s’est par la suite réimposé et la sociologie française contemporaine s’intéresse peu à la monnaie, et pas davantage aux effets des types de ressources monétaires en termes de statuts sociaux et de rapports sociaux. Paradoxalement, les ouvrages collectifs qui analysent la monnaie comme institution sous l’impulsion de Bruno Théret (2008) ou de Michel Aglietta et André Orléan (1998) sont signés d’économistes, d’historiens et d’anthropologues, et Christian Baudelot, un des rares sociologues contemporains qui se soit intéressé au salaire, a publié dans des revues économiques. Car la sociologie du travail française est peu diserte sur le salaire ou la rémunération, comme le montre Nicolas Castel dans la recension qu’il a faite des sommaires des revues de la discipline (Castel 2008). (...)

Télécharger le document de travail


Documents joints

Sociologie des ressources monétaires et (...)
Sociologie des ressources monétaires et (...)